TRIBUNE CALLAS BLEU MARINE “L’espoir fait vivre”


Voici la Tribune Callas Bleu Marine que vous retrouverez (en principe) dans le prochain Petit Callassien de janvier 2016.

TRIBUNE CALLAS BLEU MARINE
“L’espoir fait vivre.”

Si l’année 2015 a été terrible dans nos chairs et dans nos cœurs, et si la barbarie islamiste s’empare peu à peu de notre quotidien, elle ne doit pas s’inscrire dans une normalité si chère à certains.
Trop de personnes rencontrées ces derniers mois nous ont confiés ne plus se sentir en sécurité dans leur propre pays. Nos concitoyens paient aujourd’hui le prix de 40 années de politiques laxistes dans tous les domaines.
«Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » , écrivait
Evelyn Hall .
Cette morale n’a pas court chez nos adversaires et  les dernières élections régionales, montrent, s’il en était encore besoin, qu’il est plutôt question d’arrangement entre amis pour nous empêcher de nous exprimer.  Pire, dans cette logique idiote, les électeurs EELV , privés de représentativité pour 6 ans, ont voté pour un Estrosi,  favorable au TAFTA !
Cette mascarade nous a déjà rapporté une majorité départementale UMP qui a voté, sitôt élue, une augmentation de 19,6% de la taxe sur le foncier bâti, rajoutez à cela la création d’une nouvelle taxe de 3% par la CAD votée par l’ensemble des maires de la Communauté d’ Agglomération dont le Maire de Callas.
Mais, petit à petit l’oiseau fait son nid et notre village fut une nouvelle fois représenté sur ce dernier scrutin. Stéphanie Mouriez, conseillère municipale de Callas était prête, en effet,à défendre la ruralité en cas de victoire de Marion Maréchal Le Pen. Ce sera pour une prochaine fois. 

Le travail de terrain qu’ont entrepris nos élus et sympathisants paie. Et nous remercions les Callassiens qui nous ont très largement porté en tête avec 54% au second tour.
Parce qu’à Callas comme partout ailleurs, c’est unis que nous serons plus forts, nous profiterons de cette année 2016, sans échéance électorale, pour vous rencontrer plus nombreux et qui sait…vous convaincre si nécessaire, que notre programme pour la France est réaliste et ne vise qu’à améliorer votre quotidien.

Nous vous souhaitons beaucoup de bonheur et de paix, pour cette année, une bonne santé, que chacun retrouve espoir et que le ciel s’éclaircisse pour les plus démunis.

A l’an que ven que se siam pas mai que siguem pas mens.

Vos élus FRONT NATIONAL,

Stéphanie MOURIEZ et Patrick LANZA

wpid-fb_img_1442813642954.jpgwpid-fb_img_1442813678823.jpg

 

Publicités

Réunion publique de Cogolin


Stéphanie MOURIEZ colistière sur la liste de David RACHLINE était ce vendredi 3 octobre 2014 à la réunion publique tenue à Cogolin pour fêter une belle victoire Front National aux élections sénatoriales.

wpid-img_439269729309538.jpeg

Réunion publique en salle comble en présence de notre nouveau sénateur-maire David RACHLINE, Nicolas BAY secrétaire général adjoint du FN et député européen, Frédéric BOCCALETTI secrétaire départemental du var et conseiller régional, Laurent LOPEZ conseiller général ainsi que Marc-Etienne LANSADE, Maire de Cogolin.

unnamed2C’est Marc-Etienne LANSADE, Maire de Cogolin qui a ouvert le bal de cette réunion et a profité de l’occasion pour féliciter David RACHLINE pour cette victoire ainsi que Frédéric BOCCALETTI pour son dévouement pour notre parti dans le Var.

10653668_386447148179407_111901033231938003_n1412290_386447134846075_1059777016759243733_o10658707_386447114846077_8246819939945373893_o1890479_386447098179412_7897408051448661728_o10537256_386447078179414_5340864431425299889_oAvant de laisser la parole à Nicolas BAY le secrétaire général adjoint du Front National, David RACHLINE a également félicité l’ensemble des militants, sympathisants et élus qui ont oeuvré pour cette victoire aux sénatoriales.
Rappelant ainsi qu’il ne fallait rien lâcher et continuer le combat politique pour les prochaines échéances électorales, à savoir les élections départementales (cantonales) et les élections régionales qui se dérouleront courant 2015, insistant sur le fait que le gouvernement actuel n’avait pas encore décidé des dates exactes !
Aurait-il peur de notre futur succès !
10448529_386447058179416_4465202072483790582_o1658498_386447021512753_841479263306236496_o10694334_386447001512755_3399936078651370001_o (2)10703924_386446981512757_6536007568034207335_o10455702_386446971512758_8039789824808207146_n (1)Crédit photos : Emma Bro >> https://www.facebook.com/mpvs83700

Cérémonie du 15 août 2014


Bonjour à toutes et à tous,

Nous espérons que vous passez de bonnes vacances pour les uns et du courage pour ceux qui travaillent cet été pour les autres.

Nous étions présents aux cérémonies du 14 et 15 août 2014.

Le 14 août, Stéphanie Mouriez et Patrick Lanza n’ayant pu se déplacer à 18h à la stèle d’Emmanuelle Ricard, mort pour la France, mort pour notre liberté, c’est notre responsable FN du canton Eric Mouriez qui a pu nous représenter.

Le 13 août 1944… On savait que les Américains arrivaient, mais aussi que les colonnes allemandes n’étaient pas toutes passées. Néanmoins, on se préparait déjà, à Callas, à fêter la victoire prochaine. Emmanuel Ricard faisait partie des jeunes maquisards qui avaient hâte de ranger leur fusil pour danser. Mais son chef de réseau le rappela à l’ordre et lui demanda de prendre son poste en bordure de la route nationale.

Un détachement américain venait d’intercepter une colonne de la Wehrmacht aux Quatre chemins, et de tuer un officier allemand… La situation était tendue, et Callas aurait pu devenir un Oradour-sur-Glane sans l’intervention rapide de renforts venus du maquis. Malheureusement, l’altercation fut fatale à plusieurs soldats alliés. Emmanuel Ricard n’aura jamais pu fêter la victoire comme il le souhaitait… Une stèle est érigée à proximité de la route nationale qui relie Grasse à Draguignan.

Massacre évité de peu

Les observateurs locaux et historiens sont unanimes : ces premières heures de la libération auraient pu mal tourner. Car la division de SS qui venait de perdre un officier, voulait emprunter la route Napoléon, et donc, traverser Callas, où l’on pouvait imaginer des mesures de rétorsion.

Grâce à l’intervention d’un peloton de Marines et à une mobilisation de tous les Callassiens valides, le pire fut évité. Contenue, la colonne allemande bifurqua vers Draguignan.

b8b6add6beded546b310daab5ed57b29

Le 15 août : Callas Bleu Marine aux morts pour la France !

Nous étions présents à la cérémonie pour le 70ème anniversaire du débarquement provence.
Une grande pensée à ceux qui se sont battu pour notre liberté.
En ce jour de l’assomption, nous avons eu également une grande pensée pour les chrétiens persécutés en Irak et en Syrie, et dans le monde.
Tel aura été quand même notre déception et frustration de voir tronquée aux trois quarts notre hymne national La Marseillaise et ce, à 2 reprises !!

20140815_110315 20140815_110253 20140815_110040 20140815_110024 20140815_103352 20140815_103135 20140815_103019 20140815_102931 20140815_102921 20140815_102909 20140815_102503 20140815_102502 20140815_102158 20140815_101803 20140815_101745 20140815_101727 20140815_101631 20140815_101550 20140815_101536 20140815_101521 20140815_101402 20140815_101310

Lou Tambourinaïre N°3 à télécharger


Stéphanie MOURIEZ et la liste CALLAS BLEU MARINE,
comme à chaque fois, pensent aussi à nos amis ressortissants européens.
Nous vous mettons en ligne
Lou Tambourinaïre N°3 « Le petit journal patriote de Callas »

Cliquez sur l’image pour télécharger.
(Ce petit journal papier est normalement au format A5,
à imprimer sur du A4 recto/verso et à plier)
tambourinaire3_faceweb

CONSEIL CONSULTATIF DE LA JEUNESSE CALLASSIENNE


conseil_consultatif_de_la_jeunesse

« Rien n’est trop difficile pour la jeunesse » (Socrate)

 « Redynamiser » est le maître mot de notre projet. Qui, mieux que nos jeunes désireux de participer à la vie de notre commune serait plus compétent pour nous accompagner , débattre et nous conseiller ?

Notre équipe« Callas Bleu Marine » est bien consciente de la nécessité d’associer notre jeunesse aux décisions indispensables à prendre pour redonner du  »  peps  » à notre beau village. Aussi, sommes nous en mesure de vous annoncer la création du « Conseil Consultatif de la Jeunesse Callassienne » dès notre élection.

Pour nous, non seulement les seules questions relatives à la jeunesse doivent être partagées, mais d’autres décisions sur les projets en devenir devront être abordés avec les jeunes : en vrac… et de façon non exhaustive, le sport, la culture, le logement, l’emploi et les stages liés aux parcours scolaires.

Alors… Chiche ! Développons cette initiative avec vous, les plus jeunes, venez nous rencontrer et discuter à notre permanence, ouverte tous les soirs de 17 à 19H00,le samedi de 9à 12H00. Venez exprimer vos besoins, vos attentes, vos remarques sur ce qui se passe, et surtout… sur ce qui ne se passe pas à Callas.

Les modalités de création, de fonctionnement et de candidature pourront être affinées au fur et à mesure de vos suggestions. La forme du Conseil Consultatif sera celle que l’on aura construite ensemble

A bientôt de vous accueillir et de vous écouter.

3399b26b408b554ba14fae5af2610e3d

Patin couffin…


Patin couffin… (1)

2656858628_1

Une campagne électorale est une période privilégiée pour l’éclosion des rumeurs dans nos villages français et Callas ne faillit pas à la règle. On ne peut qu’en sourire, ça ne trompe personne, cela fait partie du folklore et c’est de bonne guerre. La campagne finie, c’est la fin des rumeurs jusqu’à la prochaine élection.

Mais il y a des limites déontologiques et/ou éthiques à la propagation de rumeurs qui ne font plus sourire car elles sont non seulement mensongères mais diffamatoires.

Une rumeur ignoble, lâche et indigne, car elle vise les plus fragiles d’entre nous, nos anciens, circule aujourd’hui dans Callas laissant derrière elle une odeur nauséabonde. Certains lâches colporteurs essaient de persuader nos aînés que si notre liste est élue (ce qui est une certitude) nous supprimerions les aides et subventions qui leur sont accordées.

Honte à ceux qui tentent d’intimider nos aînés pour leur seul profit électoral.

Comment croire que nous qui sommes patriotes, viscéralement attachés à notre pays, à notre patrimoine, à nos familles, nous pourrions léser ceux pour qui nous avons un profond respect et que nous assurons de notre volonté de leur accorder notre bienveillante attention.

(1) et patati et patata …

Maire sous tutelle


 « voir c’est savoir ; vouloir c’est pouvoir ; oser c’est avoir. » 
A. de MUSSET

Pour nous les élections municipales de 2014 ont un double objectif à Callas :

  • celui de reprendre en main la gestion très critiquable de la commune. Madame la reine maire s’est trop souvent soumise aux diktats d’une caste avide de pouvoir mais surtout a commis l’imprudence de s’agenouiller devant ces cumulards autoritaires dont les revenus sont sans nul doute à la hauteur des efforts machiavéliques qu’ils ont déployés laissant finalement Callas chef lieu de canton complètement dépouillé, servile et réduit à l’état de village dortoir, tout ce gâchis sans état d’âme, sans aucun remord. On connaît désormais le repli du village sur lui-même, démuni qu’il est devant la perte d’une classe d’élèves, de son dentiste, de sa savonnerie, mais aussi blessé et dans la désespérance comme tous ces artisans, petites entreprises qui se retrouvent sans contrat, sans aucun avenir certain, obligés de se séparer d’ouvriers ou d’employés qui auraient dû faire leur vie à Callas. Ceci suppose prochainement le départ de familles qui n’ont pas trouvé à Callas une vision attractive de leur avenir. Bravo Mme le maire, vos amis vous ont bien eu, vous et vos affidés atones dont certains aujourd’hui sortent de leur torpeur pour nous promettre ce qu’ils ont été incapables de suggérer pendant vos trois mandats. Il faut qu’à nouveau Callas soit un village attractif, y attirer de jeunes entrepreneurs et de jeunes diplômés en facilitant leur installation en leur donnant les moyens de créer, de vivre mais aussi de se divertir.

Les seuls satisfaits de ce régime strict sont nos anciens qui pour l’instant encore bénéficient et continueront à bénéficier de l’attention et des aides déjà acquises et à venir. Sans compter le vaste chantier de rénovation de la clinique des oliviers qui va leur assurer les soins notamment en gériatrie. Quelques 80 emplois prévus pour lesquels nous espérons que les callassiens et callassiennes seront prioritaires et non pas écartés.

  • celui de créer une passerelle sur la route de la conquête du pouvoir afin de bouleverser la donne européenne qui détruit notre pays, qui incite à vider les cerveaux de nos jeunes afin de mieux les manipuler et les ramener à l’état d’esclaves, nos jeunes qui seront obligés d’accepter des salaires de misère en concurrence directe avec les ouvriers venus de toute l’Europe, de l’Est en particulier. 

Le véritable changement

Si les callassiens préfèrent écouter le chant des sirènes qui les précipitera dans l’abîme, chute amorcée depuis déjà 18 années, alors il faut qu’ils acceptent d’en être les responsables.

Si les callassiens veulent que leur village ait un avenir, un développement, des commerces et des entreprises, du travail et des logements pour leurs jeunes alors ils doivent se joindreà nous car la tâche sera rude chacun devra y participer. Il faut préparer le socle à cette grande construction, un désir et une volonté affichée par notre équipe de bousculer la latence de l’état actuel de Callas mais aussi du pays. Cette élection ne doit pas privilégier une continuité néfaste pour l’avenir d’une majorité de villageois il faut conjurer le sort et avoir le courage du véritable changement, celui des évolutions positives.

Et comme dans chaque élection les couards attendent pour se positionner qu’une majorité en notre faveur se détache, alors ils pourront s’afficher en notre compagnie. Dommage qu’ils ne soient pas un soutien spontané !

censure


La censure « peine de mort de la Liberté » (V. HUGO)

La police de la pensée UMPS s’enorgueillit de son mépris envers les simples citoyens dont les principales préoccupations restent leur travail, leur famille, l’éducation, l’honneur et la vraie réussite (celle qui résulte de l’effort, parfois de privations, toujours de pugnacité…), pour ces sectaires de la république le seul fait de penser différemment est une cause de disgrâce. Chaque jour nous apporte leurs profanations, provocations, violences verbales voire physiques, tout est mis en œuvre dans un seul but : provoquer notre réaction, celle qui égalera l’outrance de leurs propos et donc permettra de juger davantage et de condamner encore plus, plus fort, d’aller plus loin dans le sectarisme. Le dialogue a disparu au profit de la caricature souvent blessante, les idéaux font défaut, le débat est confisqué. Peu à peu s’installe chez eux la haine de l’autre mais ceux qui ont la foi en l’avenir de leurs actions de résistance ont depuis longtemps compris que le silence est le meilleur desmépris. Ils poursuivent leurs avancées… Pour ces français humiliés mais silencieux c’est un véritable boulet que chacun porte muet mais digne. Quotidiennement il doit subir les sarcasmes, les condamnations quel que soit le sujet de la disgrâce mais aussi les intimidations.

Face aux insultes incessantes de ces bobos qui, les poches bien pleines, ne supportent plus les obstacles à leur vie dissolue ainsi qu’à celle de leur progéniture dont la plupart des rejetons fait l’objet de procédures judiciaires, les rejetés restent cependant calmes, presque inébranlables face à ces méthodes d’un autre âge. Ils savent qu’arrive à grands pas le temps où ils se délecteront de la disgrâce de cette gauche si bête et de cette droite si pervertie qu’elles ne se sont toujours pas aperçues que même leurs propres sympathisants se détournaient d’elles. Ces politicards sont si stupides que chaque jour ils se discréditent un peu plus, évoluant d’un cran dans leurs attaques, ils ne veulent pas débattre, ils veulent l’anéantissement de notre pays et s’imaginent que leur façon d’être aura un impact sur nous. Par leur suffisance ils nous pensent faibles mais l’heure n’est pas loin du constat de leur grand Echec. Notre but est de les ignorer et de reconstruire ce qu’ils se sont acharnés à anéantir.