L’ECOLE N’EST PAS UN CHAMP DE BATAILLE IDEOLOGIQUE


pas-abcd-le-baba

Depuis plusieurs mois, l’école est le théâtre  d’une polémique inacceptable. Avec les « ABCD de l’égalité », le gouvernement joue la division, ravive la guerre scolaire  et évite de traiter les problèmes URGENTS de l’école.

Arrêtons les frais !

Comme vous le savez, l’école de notre pays, malgré le dévouement d’innombrables professeurs, est dans un état très préoccupant. Cette année, 260000 élèves entrés en 6e ne savent pas lire correctement, et 80% d’entre eux n’apprendront plus jamais à lire durant leur scolarité. Le nombre de « décrocheurs scolaires » explose. La dernière étude de l’OCDE montre que la France régresse et que l’écart entre bons et mauvais élèves n’a jamais été aussi important.

Les élèves ont cruellement besoin d’aide, surtout les plus faibles.

Que fait le gouvernement pour faire face à cette catastrophe ? Croyez-vous qu’il prenne des mesures, qu’il consacre tous ses moyens à diffuser les meilleures pratiques pédagogiques, à combattre l’illettrisme, à améliorer la formation des enseignants ?

Non ! Il préfère  faire de l’école un champ de bataille idéologique en introduisant les « ABCD de l’égalité », énième gadget qui va un peu plus empêcher les enfants d’apprendre à lire… Les professeurs sont déjà prisonniers des itinéraires, des parcours, des animations, des travaux encadrés, des interventions sur … assurées par des dizaines d’intervenants qui n’ont parfois rien à faire à l’école !

L’ABCD de l’égalité est inutile et encombrant, c’est le dernier avatar des pédagogies constructivistes, celles qui ont coulé l’école pendant 40 ans.

Tout le monde est pour l’égalité entre garçon et fille. Mais pour que l’égalité soit possible, il faut que les enfants acquièrent le même bagage : savoir lire, écrire et calculer correctement. Il faut que leurs professeurs puissent leur apprendre les bases du raisonnement, les initier à l’histoire, aux sciences… dans un climat serein.

Tant que ces conditions ne seront pas réunies, toutes les tentatives d’imposer l’égalité seront vécues comme une violence.

genre

Publicités

Lou Tambourinaïre N°3 à télécharger


Stéphanie MOURIEZ et la liste CALLAS BLEU MARINE,
comme à chaque fois, pensent aussi à nos amis ressortissants européens.
Nous vous mettons en ligne
Lou Tambourinaïre N°3 « Le petit journal patriote de Callas »

Cliquez sur l’image pour télécharger.
(Ce petit journal papier est normalement au format A5,
à imprimer sur du A4 recto/verso et à plier)
tambourinaire3_faceweb

POUR UNE ECOLE DE LA MAITRISE DES SAVOIRS LAIQUE et REPUBLICAINE


POUR UNE ECOLE DE LA MAITRISE DES SAVOIRS

LAIQUE et REPUBLICAINE

La commune administre les écoles primaires, elle prend en charge le budget général, la sectorisation, l’entretien des locaux, la gestion des personnels non enseignants et l’organisation de la restauration. Si la commune ne détermine pas les contenus ni les méthodes d’enseignement, elle joue donc un rôle important. L’inflation d’activités péri-scolaires provoquée par la réforme oblige la commune à recruter elle-même des intervenants pour remplir les besoins. Elle les agréé « de fait ».

L’enseignant détermine les thèmes des sorties proposées aux élèves et en réfère au directeur. Ce dernier transmet à la mairie les demandes logistiques et budgétaires. Les sorties sont financées par la commune, le «  payeur » peut aussi être « conseilleur ». Le maire a toute légitimité pour faire valoir ses orientations.

  • METTRE LE PERI-SCOLAIRE AU SERVICE DES SAVOIRS

Les intervenants extérieurs aux écoles peuvent être recrutés parmi le personnel communal, des associations locales ou partenaires de l’éducation nationale. A la charge des contribuables, certaines interventions portent souvent une empreinte idéologique :

  • Initiation au « djembé »,

  • Education à la tolérance sexuelle sur fond de « théorie du genre »

  • Apprentissage de la « diversité culturelle »

Eloignant nos enfants de leur héritage français.

Elue maire, je m’engage à exercer un contrôle attentif et rigoureux des personnels appelés devant nos enfants, en concertation avec les conseils d’école, à concentrer leurs interventions sur les savoirs fondamentaux, à allouer dans cet esprit une partie des heures périscolaires à l’étude accompagnée, celle-ci permettant aux enfants d’accomplir une partie de leurs devoirs avant d’être remis à leurs familles. Après avoir constaté que certaines interventions apparaîtraient indésirables, toujours en concertation avec les conseils d’école je m’engage à y mettre un terme.

  • LA MAIRIE, UNE PLATE-FORME CULTURELLE

Elue maire, je m’engage à proposer une plate-forme culturelle pour les écoles dans laquelle, en concertation avec mes services, elles seront invitées à choisir une sortie scolaire par classe et par an. En partenariat avec les acteurs et les institutions de la commune, je veux offrir aux élèves une relation vivante avec la culture classique. Je souhaite également que les écoles présentent aux enfants le riche patrimoine de leur commune à travers la visite de ses lieux emblématiques, de ses réalisations architecturales et artisanales.

  • DEFENDRE LA SANTE ET LA LAICITE

Elue maire, je m’engage à promouvoir la qualité diététique, à surveiller la transparence des marchés et, surtout, à garantir un strict respect de la laïcité. Sous mon mandat, aucune certification rituelle ne sera pratiquée ni facturée au contribuable, aucune pression ne sera exercée sur les cantines pour les plier à des préceptes alimentaires religieux.

CONSEIL CONSULTATIF DE LA JEUNESSE CALLASSIENNE


conseil_consultatif_de_la_jeunesse

« Rien n’est trop difficile pour la jeunesse » (Socrate)

 « Redynamiser » est le maître mot de notre projet. Qui, mieux que nos jeunes désireux de participer à la vie de notre commune serait plus compétent pour nous accompagner , débattre et nous conseiller ?

Notre équipe« Callas Bleu Marine » est bien consciente de la nécessité d’associer notre jeunesse aux décisions indispensables à prendre pour redonner du  »  peps  » à notre beau village. Aussi, sommes nous en mesure de vous annoncer la création du « Conseil Consultatif de la Jeunesse Callassienne » dès notre élection.

Pour nous, non seulement les seules questions relatives à la jeunesse doivent être partagées, mais d’autres décisions sur les projets en devenir devront être abordés avec les jeunes : en vrac… et de façon non exhaustive, le sport, la culture, le logement, l’emploi et les stages liés aux parcours scolaires.

Alors… Chiche ! Développons cette initiative avec vous, les plus jeunes, venez nous rencontrer et discuter à notre permanence, ouverte tous les soirs de 17 à 19H00,le samedi de 9à 12H00. Venez exprimer vos besoins, vos attentes, vos remarques sur ce qui se passe, et surtout… sur ce qui ne se passe pas à Callas.

Les modalités de création, de fonctionnement et de candidature pourront être affinées au fur et à mesure de vos suggestions. La forme du Conseil Consultatif sera celle que l’on aura construite ensemble

A bientôt de vous accueillir et de vous écouter.

3399b26b408b554ba14fae5af2610e3d

L’éducation nationale et son rôle au 21° siècle.


L’éducation nationale et son rôle au 21° siècle.
L’évolution technologique, la place importante de l’information, le développement économique et social transforment les conditions de vie à un rythme si rapide que l’éducation doit aussi prendre en compte l’adaptation des individus non plus au monde qui les entoure mais à celui qui les entourera à long terme, avec toujours plus de métamorphoses. Les réformes éducatives doivent se faire en fonction des besoins de l’industrie, de la santé, de l’économie et des échanges mondiaux.

Aujourd’hui le mot éducation englobe tout ce qui touche au développement des facultés intellectuelles, à la sexualité, à l’instruction atteignant des niveaux de plus en plus haut, au sens du commerce, à la beauté du corps. Ainsi sont détrônés l’évolution dans les sentiments, la morale, le civisme et le patriotisme, les bonnes manières, la politesse, le respect, la vraie solidarité entre générations..
Sociologues et pédagogues se sont essayés régulièrement depuis 68 dans un seul but « changer la société à partir des enfants » par le refus de la transmission de la culture mais aussi de la morale, du civisme, des bonnes manières à la française jugées trop ringardes aux yeux de notre gauche caviar et pourtant si admirées de tous les pays du monde.
Depuis des années, victime de son immobilisme, un pourcentage de la population constate l’échec. Cette catégorie, fidèle aux conceptions traditionnelles a conservé des méthodes qui se heurtent aux nouvelles. La coexistence des deux systèmes peut avoir une conséquence heureuse jusqu’à trouver un nouvel équilibre et la meilleure possibilité de développer la personnalité.
Aujourd’hui, notre société est atteinte du mal de l’analphabétisme et c’est alors une ou plusieurs générations qui doivent parfaire à la fois leur éducation et leur formation. La transmission de nos valeurs, traditions et usages, de nos savoir-faire, de notre histoire, de notre culture, demeurent l’héritage dont la richesse ne peut s’évaluer. Tout en initiant les enfants aux multiples manifestations d’une culture, d’une technologie dépassant notre culture nationale et à l’échelle de l’univers, il faut lui donner très jeune conscience de sa place au sein de sa famille, de la société, de l’univers et lui faire pressentir ce que sera le monde de demain. Enfin il faut atteindre les objectifs d’une éducation complète qui aurait pour préoccupation essentielle de lui faire admettre que son avenir et celui du monde sont entre ses mains et qu’il lui appartient de dominer et non de s’asservir des découvertes technologiques et scientifiques qui par dérives exploitées pourraient les amener à une fin tragique pour lui et l’humanité. Pour redorer notre éducation nationale et réapprendre nos valeurs, s’est créé le collectif RACINE.
Ce collectif réunit les professeurs qui se refusent à l’abêtissement de nos enfants. Nous voulons :
Redonner autorité aux maîtres en les soutenant.
Recentrer l’école primaire sur les savoirs fondamentaux notamment le français. Il est proposé 2 heures supplémentaires de français/semaine.
Se battre pour la sécurité en cours et la discipline. Sécurité tolérance zéro.
Choisir des méthodes classiques d’enseignement et non les inepties pédagogistes.
Apprendre notre histoire de France sans aucune honte mais au contraire avec fierté.
Il faut s’afficher français, fier de l’être et surtout ne pas se laisser enfermer dans ce terrorisme intellectuel que nous subissons au quotidien à travers des campagnes de culpabilisation largement diffusées par les médias complices.

En-images-les-jeux-de-la-cour-recre-d-hier-et-d-aujourd-hui_w670_h372

 

le compte n’y est toujours pas !


Comité Départemental de l’Éducation Nationale du 11 février 2013 (Source ici)

Rentrée scolaire dans les écoles : le compte n’y est toujours pas !
L’école primaire, une priorité gouvernementale ou un nouveau leurre !

Aujourd’hui, le CDEN (Comité Départemental de l’Education Nationale) confirme malheureusement que la rentrée 2013 s‘annonce difficile dans les écoles. Comment peut-on affirmer que l’école primaire est une priorité gouvernementale alors qu’en septembre 2013, bon nombre d’enfants de 2 ans ne seront pas scolarisés, bon nombre d’écoles maternelles avoisineront les 30 élèves par classe ! Comment faire réussir tous les élèves si on ne donne aucun moyen supplémentaire pour la brigade des remplaçants, si on oublie complètement les enseignants spécialisés, l’aide à la direction d’école, etc. etc. etc. Et la liste est encore bien longue.

Pour information, le DASEN (Directeur Académique des Services de l’Education Nationale) n’a pas donné de suite positive aux 18 demandes d’ouverture de classe en maternelle, aux 11 demandes d’ouverture de classe en élémentaire et aux 44 demandes de création de postes d’enseignants spécialisés (RASED), et ce malgré les nombreuses interventions du SNUipp-FSU.

Le SNUipp-FSU ne compte pas en rester là ! Nous restons mobilisés jusqu’à la rentrée 2013 afin d’obtenir enfin les moyens de faire réussir tous nos élèves.

Compte rendu de vos élus du SNUipp-FSU :

Après les différentes déclarations liminaires (lire ci-dessous celle de la FSU) nous avons abordé les points suivants :

Indemnité représentative de logement (IRL) :

Actuellement il reste 139 instituteurs dans notre département dont 82 qui percevraient l’IRL.

Suite aux interventions de la FSU, le préfet décide de prendre en compte l’évolution du coût moyen de logement dans le Var pour augmenter le taux de l’IRL. Cela correspondrait à une augmentation légèrement inférieure à 2 %

Rentrée 2013 dans les écoles :

Vous trouverez ci-dessous les décisions définitives prises par l’administration. Sachez que la FSU est intervenue sur toutes les situations étudiées :

Circonscription de Saint Paul en Forêt

Ouvertures de classes

+ 1 élem Centre (Jean Janin) Roquebrune

Fermetures de classes

- 1 élem Callas

//

Suppression d’une classe à Callas


LE COMPTE N’Y EST PAS

Le SNUipp réclame 37 ouvertures de postes, l’Inspection académique en propose 16… Insuffisant. Bruno isolda

Education. Le Comité technique spécial départemental s’est tenu jeudi matin.

Pour le SNUipp, les propositions de l’Inspection académique sont insuffisantes

.Quelques jours après sa double participation à des manifestations de soutien aux parents d’élèves de Solliès-Pont

et de La Seyne, le SNUipp, syndicat majoritaire de l’Education nationale, s’installait à la table du Comité technique

spécial départemental. L’enjeu de la réunion, c’est de débattre des ouvertures et fermetures de classes pour la rentrée prochaine.

Et pour le SNUipp, c’est bien simple, « aucune fermeture n’est justifiée ».

C’est armé de cette conviction que Cédric Turco, responsable du syndicat dans le Var, est entré au CTSD.
Il a présenté au directeur académique des services de l’Education nationale (Dasen, ex-inspecteur d’académie) les propositions du SNUipp.
« Nous demandons l’ouverture de 44 postes en Rased [Réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté,
les enseignants spécialisés, ndlr], 13 ouvertures de classes en élémentaire, et 24 en maternelle. »
Évidemment, du côté de la direction des services départementaux de l’Education nationale, on ne l’entend pas de cette oreille.
Le Dasen a pour sa part un projet de 10 ouvertures de classe en élémentaire, 6 en maternelle (aucun poste Rased).
Et 29 fermetures (20 en élémentaire, 7 en maternelle et 2 en primaire, qui regroupe les deux niveaux).
« Le compte n’y est pas », lance Cédric Turco.
« Comme on le pressentait, la rentrée 2013 sera tendue. La réponse apportée par le gouvernement n’est pas à la hauteur des enjeux.
On ne voit pas la couleur des annonces de l’Etat sur le terrain. Même si on trouve positif l’arrêt des suppressions de postes, ce n’est pas suffisant. »
Car, toujours selon Cédric Turco, « on sera confrontés à des classes surchargées et un nombre insuffisant de remplaçants ».
Avec pour conséquence de « creuser les inégalités ».
Bref, l’avenir dans les écoles varoises ne s’envisage pas franchement sereinement. Le 11 février, le Comité départemental de l’Education nationale marquera une nouvelle étape vers cette rentrée 2013. Le préfet doit y entériner les propositions du Dasen. Sans doute le début d’un conflit puisqu’une grève est annoncée dès le lendemain…
 
Romain Alcaraz
 
Les fermetures envisagées. Elémentaires : Solliès-Pont (Frédéric Mistral), Ampus,RégusseGaréoult (Pierre Brossolette), Bormes (Jean Moulin), Hyères (Anatole France), La Londe (Eugène Osvald), La Garde (Michel Zunino 2, Jean Aicard), Le Pradet (Marcel Pagnol),La Seyne (Toussaint Merle), St-Aygulf (Balzac), Vidauban (Auguste Carbonnel), Bandol (Octave Morel), La Verdière, CogolinToulon (Fort Rouge, La Florane) et La Valette (François Fabié). Maternelles : La Londe (Octave Morel), La Garde (Maurice Delplace), Le Pradet (Charles Sandro), Sanary (Vernette), Signes (Marcel Pagnol), Barjols (Pierre Péret) et Toulon (Jean Aicard). Primaire : Taverne et Callas.
 
Source > La Marseillaise , retrouvez cet article ici